Avertir le modérateur

22 juin 2010

LVDC 19 - Di Hunter can do everything!

I have now been working for nearly two month in a German company which does linguistic stays. I have therefore been writing a lot about language courses - and thinking back to my own classes, when I started learning German and English.

I am too young to have known the old book everybody always thinks of (the one which rich tailors and where Brian is in the kitchen). But nevertheless, I have quite a lot of fun remembering those early classes.

I won't write long about learning German, although it would be even more fun. Like, the first things I learnt were Strubbel ist ein Meerschweinchen (Strubbel is a Guinea pig) and I still know all the dialogs and stories of that damn book. But i don't want to be translating all the time :p

So let's go back in time to Junior High. By then I was a terrible English speaker and, having already learnt German for three years before starting English, had a weird mixture of French and German accent when trying to speak. I had a teacher, whose name I forgot, who was presumably teaching for the first time and whom I and my friends all but hated. We were using a book which was very stupid; the main character, Di Hunter, was a British actress who was going to be the star of some American movie, filmed in New York, so she was living there at the moment. The family was very diversse and international vecause the parents where living somewhere in Sussex or any English countryside you would never care to find on a map, the younger sister being a pupil -so very much younger- and the elder brother living in Sydney, Australia. I'm pretty sure that was just a trick from the teachers who made the book to have us learn things on all three countries, since we were starting English late in our lives and presumably needed a crash course.

To get back to this bloody movie, Di Hunter was going to be Superwoman, or some copyright-free character looking like a Marvel female Hero. Superwoman can do, by the way, everything -it was on the pictures we had to describe: she can ride a motorbike, she can fly a helicopter, she can swim with squales... but somehow we never got to know if she was needing any of those tampons in the ads when having her periods. Her role partner was a very famous American actor, Josh or something like that, who was going to be annother hero I guess.

What happens next is, her boyfriend, whassisname, let's call him Andrew, comes for a surprise visit to New York. He "rings her up" (calls her) when arriving, to ask her where her appartment is. She says "but where are you" and he answers "Manhattan. I can see the Twin Towers!" Here I must say this was May 2001. Some months later, when remembering the tape we heard over and over again, we would have (I'm ashamed of it) lots of fun. Anyway Andrew finds his way through West Village (or just tells the address to the taxi driver) and starts climbing the stairs. But when Di Hunter opens the door of her appartment, who's there? Josh, arrived only seconds before Andrew, with a bunch of flowers -inviting her to lunch.

Somehow we never went through a quarter of the book. I guess we must have been bad students or had a German accent too strong. I only remember some stuff, like the dog making ads for dogfood (who must have been a Montagne des Pyrénées) is in the studio once and the Director, a big Black woman, says "Oooh my Gooood, he is reeeally biig!" but sometimes I wonder what happened next to old Di and her friends. I mean, her boyfriend is the kind of lame English type, like most British guys I met so far, while the actor is much more sexier with a broad chest, like most American guys I... let's say met. But on the other hand, people in Junior High English books don't cheat, do they? (It's the students who cheat. What? No I didn't!)

Now I kind of try to imagine the next capter of the book. Like, #3, "Di Hunter and Josh go on a date", then #4 "Di Hunter and Josh go back to her place", then #5 "Di Hunter and Josh have passionate sex"- they can do everything: she can b*** his d***, he can f*** her up the b***, then the neighbor yells "stop being so f***ing noisy or I call the f***ing cops!" and so on. And then #5, "Di Hunter has to abort", which would be the occasion of learning about the Puritans and the pro-life movement. The text would also be nice and full of vocabulary: #6 Back in England, "Andrew gets pissed in a bar". Di has ditched him for a gorgeous, soulless American freak and he is seriously considering killing himself. He could hang himself, or maybe drown in the Thames river (so we know about London); finally he decides to harass a homeless.

Needless to say, even when I was a small child learning the French conjugaison and vocabulary I was fed up with those cheesy books. Like "il a eu un accident de voiture mais il n'a pas été blessé" (he had a car accident but was unhurt). I remember telling the teacher it was stupid, and she answered "what, do you want to read he died?" Well, Maîtresse, perhaps it would be actually quite cool. Anyway, it's water under the bridge now, and I think I made up for saying crappy creepy things during my last years of learning English, when our poor teachers were confronted with people having lived in the States and only trying not to get us bored and we just had to make some scenes and played immoral lawyers and hippies on drugs, when not gossiping about the sex life of acorns and dolphins.

So if I ever write a language book, you should evaluate the potential evilness of your kid before handing it to him or her. It could seriously damage his morals...


10:41 Écrit par chax18 dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : english, lessons, school, di hunter |  Partager sur Facebook |

06 février 2010

LVDC 18 : Que serais-je sans toi ?

Je viens de terminer le dernier livre de Guillaume Musso, Que serais-je sans toi ? dont ma tante Géraldine (celle qui a les cabriolets, cf. un de mes articles précédents) m’avait prévenu en me le prêtant que c’était un livre pour midinettes – mais qu’elle avait adoré. Moi j’avais lu le premier chapitre sur un dépliant peu avant sa sortie, alors évidemment je voulais savoir la suite, et puis, je n’étais plus à un livre de midinette près.

De ce côté-là, j’ai été servi. C’est mièvre, mon Dieu, que c’est mièvre ! Ca dégouline de bons sentiments, et puis en plus c’est cliché. Presque chaque élément de décor a droit à son qualificatif, on retrouve des noms de marques (chics ou pas) et d’objets caractéristiques de notre époque et qui feront mal vieillir le livre, le rendront obsolète quand ils périmeront. Les personnages sont tellement clichés eux aussi – le mec d’abord, un jeune policier tout droit sorti d’une série française, avec sa veste en cuir, sa belle gueule, sa barbe de trois jours et ses cicatrices secrètes, qui est passé par la brigade des stups’ et travaille au quai des orfèvres. Mais voyez-vous, « il n’est pas comme les autres », il a même une licence en histoire de l’art et un prix de violon. Comme c’est touchant ! La fille, l’archétype de la nunuche emmerdeuse fadasse qui cherche à être originale avec son hydravion et sa maison sur pilotis. Je n’ajouterai rien de plus sur elle, d’ailleurs. Enfin, le voleur. D'accord, il aurait pu y avoir un vague suspense si le crétin qui a écrit la quatrième de couverture n’avait pas révélé qu'il est le père de la fille. Une espèce d’Arsène Lupin de l’art, qui vole des tableaux pour le plaisir, sans violence, avec un passé lourd derrière lui, une voiture de James Bond, des maisons luxueuses partout. Comme si les histoires de voleur intéressaient encore qui que ce soit ! Vous remarquerez que je ne suis pas très élogieux. Et pourtant…

Voilà. Je vous ai eu avec le coup des points de suspension. Vous commencez une phrase, de préférence par le mot et (ce que ma maîtresse m’a toujours défendu), vous faites suivre d’un si, pour le conditionnel, ou d’un pourtant, pour contredire, ou encore d’un autre modérateur, bref vous commencez à suggérer quelque chose, et puis vous ne finissez pas votre phrase (évidemment, de toutes façons vous n’avez rien à suggérer) et vous laissez rêver les gens, ils se font leur film tout seul. A ce sujet je pense à plein de répliques qui en parlent mieux que moi : le méchant de Millénium qui explique au journaliste qu’un peu d’humanité, et les femmes qu’il étrangle s’imaginent qu’il ne va pas les tuer finalement, le pistolero de La Tour Sombre qui sait que le meilleur moyen de persuader quelqu’un, c’est de juste le mettre sur la voie et de le laisser se persuader tout seul, et bien d’autres.

Le pire dans tout ça, c’est que ça marche. On sympathise avec ces personnages de théâtre, on tombe amoureux du beau policier et on lit page sur page pour être sûr qu’il va bien finir avec la belle Gabrielle. Vous remarquerez que j’écris à la troisième personne, je dois avoir trop honte, inconsciemment, de me faire avoir par de telles bêtises. Et puis merde, après tout, moi aussi je veux prendre l’avion en première pour San Francisco et rouler sur la corniche dans une voiture rouge décapotable ! Et je donnerais même une mention spéciale à Musso pour la pirouette finale, qui vient égayer le livre et donne un peu de suspense quant au dénouement, s’il n’avait pas piqué en partie l’idée à J.K. Rowling à la fin de Harry Potter (qui l'avait d’ailleurs peut-être volée à quelqu'un d’autre ; mais de toutes façons Harry Potter a cette élégance, en plus d’être bien écrit, de remettre au goût du jour et d’assembler en un univers cohérent de nombreuses idées et de vieilles croyances populaires).

C’est dingue, je suis sûr que moi aussi, je pourrais écrire un livre si je n’en avais pas la flemme. Je pourrais voler une célébrité et une carrière, les gens m’encenseraient et je passerais mes soirées à boire du Martini sur la Côte d’Azur. Et à lire des livres pour midinettes…

23 décembre 2009

LVDC 10 : je suis belle, je suis riche et j'habite à New York

Nombreux parmi vous sont ceux qui connaissent mon violon d'Ingres, ma passion, mon addiction : les livres de Lauren Weisberger, Candace Bushnell et autres du même acabit, qui sont régulièrement adaptés au cinéma ou en série. On citera, des deux auteurs précédents, Le Diable s'habille en Prada et Sex & the City. A force de lire ce genre de bouquins, fatigué de me rappeler des titres, et pour qualifier leur contenu plus simplement, je les ai baptisés "Je suis belle, je suis riche et j'habite à New York".

Je viens justement de lire un Weisberger - Chasing Harry Winston, Harry Winston étant une bijouterie spécialisée dans les diamants (citée juste après Tiffany's et Cartier dans la chanson de Marilyn Monroe). Celui-ci ne restera pas mon préféré même s'il reste bon, une des héroïnes me tapant sur le système - c'est vrai, à trente ans elle n'a toujours pas l'intention de travailler et passe son temps à dépenser l'argent de ses parents chez l'esthéticienne et dans les boutiques.

Non que j'aie quoi que ce soit contre les héroïnes qui vont chez le coiffeur et les magasins de vêtements chers, mais habituellement, c'est avec leur argent : ces femmes représentent les working women, qui ont réussi, qui ont une carrière, bref à qui n'importe qui (même un mec) veut ressembler. C'est, pour un étudiant qui s'ennuie, le rêve ultime. Habiter dans la ville la plus encensée de l'Occident, où tout est possible, avoir des amis, avoir une carrière, avoir un grand appartement, avoir, avoir, avoir quand on n'a encore rien (mais potentiellement beaucoup) et qu'on vivote aux crochets de ses parents en attendant d'avoir son diplôme.

Je n'ajouterai rien sur l'aspect sentimental - je m'aventurerais presque à déclarer moi-même que ce genre littéraire est un peu le nouveau roman à l'eau de rose, où la petite infirmière et le Lord anglais hautain et distant sont remplacés par la chroniqueuse bohême et l'avocat brillant. Les temps changent, les midinettes restent !

Pour conclure sur ce livre et avant d'enchaîner sur un petit Candace Bushnell (4 blondes, il a l'air assez prometteur celui-là), je dirai que cette pétasse d'Adriana, en plus, elle est de São Paulo, et j'ai du mal à faire les voix dans ma tête à la fois en anglais et avec l'accent brésilien.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu